« Immersion forte » : axe de recherche 2013-2014

Pour engager la première année de ce nouveau séminaire « Trafics », nous poserons l’immersion comme paradigme de nos modes d’existence contemporains. Une immersion que nous dirons forte.
Pour la travailler, nous irons à la rencontre de pensées de la globalité, de réthoriques de la clôture et de la surveillance mais aussi de systèmes de description et de représentation dont nous serons amenés à retracer la généalogie, à identifier les enjeux et les limites pour pouvoir les déconstruire. Et analyser les facteurs qui rendent possible cette immersion.

Pour enrichir notre réflexion, nous ferons dialoguer les concepts, celui de résidence (dwelling) de l’anthropologue Tim Ingold et celui de l’habitat humain comme « système spatial immunitaire » du philosophe Peter Sloterdijk.

Le cinéma tiendra une place importante dans le séminaire, pour y prolonger les écrits de Fredric Jameson sur une totalité vécue comme complot. Des images, il y en aura d’autres mais cette fois-ci, sans opérateurs humains. Des images créées par des machines : simulations informatiques, satellites, drones, Google cars. Que regardons-nous ? Qu’est-ce qui nous regarde ?

C’est donc notre relation au réel à travers la diversité de ses avatars, qu’il s’appellent artifice, virtuel, hyperréel ou computationnel, qui sera mise en crise tout comme notre propension à la délégation.

Et pour y voir plus clair, nous trafiquerons. En mode survival.