Trafics et euristique : inventer des modèles de recherche

La langue française désigne par « trafics » des « manœuvres, des manigances louches, honteuses ou mystérieuses », des commerces illicites et/ou clandestins où l’occultation et l’opacité sont de mise.
Sous l’influence de l’anglais traffic, le mot en est venu à désigner également les ensembles de données, marchandises, personnes, véhicules de transport transitant sur des voies de communication ou sur des réseaux informatiques qui peuvent être observés et mesurés.

Le verbe trafiquer renforce cette ambivalence (« Qu’est-ce que tu trafiques ? ») quand il ne la déplace pas simplement du côté du faire, de l’ingéniosité, de l’intelligence des situations et de la transgression. Trafiquer rime alors avec réinventer, bricoler, « hacker », magouiller, maquiller, truquer (« Qu’est-ce que tu fabriques ? »).

Il y a dans le terme trafic, quelque chose de l’agent double, quelque chose qui joue avec l’ordre des choses, les usages, les normes et l’intelligibilité immédiate. Quelque chose de suffisamment riche et complexe pour en faire le mode opératoire de ce séminaire.

Trafiquer, nous allons l’envisager ici comme un modèle euristique possible : mettre en relation, mesurer, faire appel à des instruments d’expertise, d’aides à la décision ou de tactiques pour reproduire, améliorer et développer les expériences et les connaissances acquises, les habiletés (pour reprendre l’expression de Tim Ingold).

Mettre en circulation. Commercer.

Nous en ferons un principe actif d’attention et d’étude quitte à procéder à des montages méthodologiques et lexicographiques peu orthodoxes entre les cartographies cognitives de Fredric Jameson, les Keywords de Raymond Williams et quelques commonplace books, techniques de chasseurs-cueilleurs ou encore manuels de survie et autres publications populaires « pour les nuls ».

Il s’agira donc d’enquêter dans le strict respect des faits, d’enquêter, de faire apparaitre des savoirs négligés, de créer des connexions improbables et de proposer des itinéraires inédits.
Il s’agira de produire de la connaissance. En trafiquant.